Titre_blanc
Beevy Jalma, auteure   et animatrice d 'ateliers d 'écriture
Logo
plblanche
Encrier_1
A propos de moi
photo 3p à propos de moi

Crédit photo : Abdesslam Mirdass

« J’écris pour me parcourir. »

Henri Michaux


Née d’un père indien et d’une mère vietnamienne, j’ai vu le jour à Saïgon. Le mythe familial raconte qu’à l’âge d’un an, je parlais déjà et ma première phrase fut une question.

J’ai ensuite appris la langue française à l’école, à Strasbourg, devenue ma terre d’accueil.

Mes premiers pas dans l’écriture se font dans la poésie. Des premiers vers écrits dès l’enfance puis des dizaines de poèmes à l’adolescence. Ce matériau, fait d’intime et d’inattendu, m’a donné goût à l’écriture comme à la vie. Plus tard, ces poèmes, consignés dans un carton à la cave, ont pris l’eau un soir de pluie. Pour autant, mon désir ne s’est pas noyé et après plusieurs années d’apnée, il est remonté à la surface.


A l’âge adulte, après un parcours universitaire et un cursus au sein de l’École Supérieure de Travail Social, je deviens éducatrice spécialisée. Je travaille tout d’abord auprès d’adolescents placés en foyer puis avec des mineurs délinquants. En établissement, au sein de leur famille ou en prison, je rencontre des jeunes au parcours de vie souvent chaotique, en proie à un profond délaissement. Ces situations dramatiques me mènent à m’engager sur le chemin de la psychanalyse. Ainsi, depuis 2005, j’explore différentes thérapies qui me permettent de progresser dans ma propre connaissance, favorisant ainsi l’accueil et la rencontre de l’autre. En 2009, j’intègre un service d’investigation éducative. Mon goût pour le récit s’y affine encore. Pendant dix ans, je rédige des centaines d’écrits et recueille des histoires de vies uniques contées par des hommes et des femmes en mal d’être.


Peu à peu, l’écriture s’impose. Elle représente pour moi la liberté mais aussi l’exil - cet exil fait d’allers-retours incessants où l’exploration de territoires nouveaux côtoient des terres familières.

A la naissance de mes enfants, je commence à inventer des histoires pour eux. Certaines sont contées, d'autres écrites. A l'oral ou sur papier, ces récits développent mon imaginaire. J'entre dans un nouveau monde.  


A partir de 2015, je participe à de nombreux ateliers d’écriture notamment chez Aleph.

Plus tard, j’effectue un stage intensif de scénariste chez Objectif Moon à Paris.

2019 marque un tournant pour moi : je commence à animer des ateliers d’écriture.


Parallèlement, je me forme à l’animation d’ateliers auprès de Faly Stachak, auteure de l’ouvrage de référence « Ecrire, un plaisir à la portée de tous » ainsi que d’Isabelle Foreau, animatrice d’ateliers confirmée.


A compter d’avril 2020, j’interviens auprès de professionnels d’Ehpad. Nous participons au concours « journal de bord de confinement » organisé par la maison d’auto-édition Librinova. Nous remportons le titre de lauréat.


En septembre 2020, je quitte mon poste d’éducatrice spécialisée pour me consacrer pleinement à l’écriture. Depuis, j’écris et « je fais écrire ».


Les ateliers d’écriture auprès de professionnels soignants en Ehpad se poursuivent et à ce jour, mes interventions s'étendent aux entreprises, aux associations, aux centres de formation et structures de soins. Je collabore également avec des compagnies de théâtre - ACTEMO Théâtre - dans le cadre de projets artistiques utilisant comme support mes ateliers d'écriture.


En janvier 2021, j’intègre la formation « écriture théâtrale » chez Aleph, animée par Catherine Benhamou,  lauréate du grand prix ARTCENA 2020.  En mai, je rejoins l’école «  Les Mots » pour poursuivre ma formation auprès de David Thomas, auteur de micro-fictions et lauréat du prix de la nouvelle de l'Académie Française 2021.  En octobre 2021, mon texte « Sous la robe » est élu par Lire Magazine dans le cadre du concours « Écrire une nouvelle ».


Parallèlement, je continue de participer à différents ateliers d’écriture ce qui me permet, entre autres, d’affiner mes interventions et d’ajuster au mieux ma posture d’animatrice, et ce, dans le respect de chacun. Ce choix relève d’une déontologie que je me suis fixée, primordiale dans le métier que j’exerce.  


Différents projets d’écriture (pièce de théâtre, micro-fictions et poésie) sont en cours dont un recueil de nouvelles alsaciennes avec un groupe d’écrivants de Strasbourg réunis sous ma direction.


Pour moi, écrire est un acte d’amour et permet, comme le dit André Comte Sponville, de «  vivre davantage ».